Le bilan de l’existant que nous avons réalisé dès les premières semaines du projet nous a permis de déterminer les problèmes existant et de définir ce qui pourrait être conservé et ce qui devrait être remplacé.
Il nous été en effet apparu lors d’une tentative de démonstration de la capacité de vol du drone par M. Kauffmann que ce dernier présentait en l’état un certain nombre de problèmes. Ces problèmes rendaient presque impossible le vol du drone et devait donc être résolus.

Voici un résumé synthétique de ce bilan:

  • Commençons par la partie matérielle.

L’armature du drone était en bois, de conception artisanale, partiellement cassée et offrant une prise au vent importante elle devait être changée. Sur cette armature étaient fixés quatre moteurs Turnigy 2204-14T, offrant une puissance théorique suffisante, les chocs reçus au cours de séances de tests les années précédentes avaient faussé les arbres de certains d’entre eux, leur remplacement semblait également souhaitable.
Les hélices quant à elle était assez fortement endommagées et fixées par des élastiques usés, elles ne pouvaient donc être conservées.
Le drone était également équipé de quatre ESC (un par moteur) dont l’état semblait satisfaisant, une carte de distribution répartissait le courant entre ces ESC, cette carte était mal positionnée et présentait des faux contacts.
Avec le drone, nous ont été confiés, une carte équipée d’un processeur Atmel, capable de faire voler le drone à l’aide d’un code pré-chargé, un module RC (et une télécommande) que nous avons décidé de conserver et un module wifi dont le remplacement était d’ores et déjà programmé.

  • Concernant la partie logicielle, le simulateur repris par l’équipe de projet avec laquelle nous travaillions présentait une base de travail sous Raydium, toutefois la qualité du code était assez décevante. L’application Android quant à elle était incomplète mais globalement utilisable. Enfin le code source destiné au microcontrôleur M32 comportait uniquement un code de contrôle du décollage qui n’a pu être testé et dont les sources étaient éparpillées et difficilement récupérables.

Au terme de ce bilan, il est donc apparu que l’essentiel du code et du matériel présent au démarrage de ce projet devrait faire l’objet d’un remplacement ou d’une révision importante. Il allait donc nous falloir déterminer ce qui devrait le remplacer.

Dernière mise à jour : 24/03/2013 22h02
Auteurs : Axel FAURE, Pierre GUINAULT, Benjamin RIVRAY, Nicolas COSNARD