I. Contexte

Dans cette première partie, nous allons mettre le projet dans son environnement contextuel d’une manière générale.

Il est tout d'abord nécessaire d’expliquer le rôle et le fonctionnement d'une lanterne de ce type, car cela représente la finalité de notre projet.

Nous expliquerons ensuite les inconvénients et les limites des produits utilisés actuellement par l'armée afin
de pouvoir percevoir la différence entre la solution que nous proposons et celle utilisée actuellement.

Pour conclure cette partie, nous expliciterons les besoins et contraintes qui définissent le cahier des charges.

1.1 Rôle et fonctionnement d'une lanterne

Le but d'une lanterne est de vérifier que le personnel de l'armée, principalement les pilotes et le personnel naviguant ( marins, agent de pont, ...) ne soient pas daltoniens. En effet, sur les navires la distinction de la signalisation lumineuse est très importante pour la navigation. Pour l'aviation, la signalisation lumineuse est primordiale notamment lors des phases d’atterrissages pour communiquer aux pilotes sa position par rapport à la piste.

Le principe de fonctionnement est le suivant :


Figure 1 : Synoptique de fonctionnement

Dans un premier temps, il faut choisir la position de projection. Il y a deux positions. L'une où les couleurs sont projetées côte à côte pour la Marine. Et l'autre où les couleurs sont l'une au-dessus de l'autre pour l'aviation.
Par la suite, le médecin doit choisir la taille des tâches de couleur projetées.
Une fois ces réglages effectués, le médecin note les données personnelles du patient et lance un scénario.
Un scénario est composé d'un ou plusieurs tests avec un maximum de quatre tests par scénario.
Un test consiste à un enchaînement de 15 projections de couleurs espacées de 1 à 3 secondes. Les projections peuvent être couleurs par couleurs ou deux par deux pour réaliser un test de confusion. Le patient doit énoncer à voix haute les couleurs qu'il a vu durant l'intervalle de temps séparant deux projections.

Voici comment nous avons choisi de découper notre projet d'un point de vue technique.

1.2 Les lanternes utilisées actuellement

La lanterne de Beyne

Cette lanterne est non automatisée, elle nécessite une intervention manuelle pour changer la couleur du filtre. Cela rend donc le test prédictible. Sur les résultats des test elle donne de moins bon résultats que la lanterne de Fletcher-Evans. De plus les pièces détachées ne sont plus produites pour cet appareil.

La lanterne de Fletcher-Evans

La lanterne de Fletcher-Evans est également non automatisée. Le temps de mise en route pour effectuer un test est long car elle a besoin d'un temps de chauffe pour avoir les couleurs demandées.
De plus elle est très fragile aux chocs et à la poussière.

1.3 Besoins et contraintes de cahier des charges

Voici notre cahier des charges :

Le cahier des charges comporte deux fonctions principales. Une qui concerne la projection des couleurs et l'autre l'interface.

<<Introduction / Choix techniques>>

synop.png

FletcherEvans.jpg

Beyne.PNG

cdc.PNG

Synoptique.png